Burn-out : les 3 symptômes et le lien avec l’affirmation de soi…

Dans les lignes qui suivent je vais parler d’un danger qui guette 3,5 millions de Français : le burn-out. Nous allons voir à quoi ressemble exactement le burn-out, qui est concerné, et comment s’en tirer

Mais voyons tout de suite comment reconnaître le burn-out… et quels sont ses symptômes :

Les symptômes du burn-out

Avez-vous les problèmes suivants ? Ou bien quelqu’un de votre entourage :

Vous avez le sentiment de souffrir de votre travail…

Vous souffrez d’un travail excessif. C’est-à-dire que vous avez beaucoup, beaucoup de choses à faire, et vous n’en voyez pas le bout…

Votre souffrance est alors due à l’organisation de votre travail : vous avez trop de tâches à accomplir, et vous êtes noyé sous la tonne de tâches que votre métier ou votre poste vous impose… Mais vous souffrez peut-être aussi de ceci :

Vous souffrez peut-être d’un travail compulsif. Cette fois, ce ne serait pas une question d’organisation mais une question de personnalité, et d’engagement émotionnel dans votre travail.

Du coup vous vous sentez épuisé, vous avez souvent (toujours) mal à la tête, mal au ventre et/ou mal au cœur.

Vous avez l’impression de souffrir d’une sorte de dépression

Vous trouverez d’autres symptômes du burn-out dans la fiche téléchargeable au bas de cet article.

Si c’est votre cas, ou celui d’un proche, sachez que cette situation n’est pas isolée… loin de là… puisque cette situation concernerait 1 actif sur 8 en France…

Alors juste avant de vous donner d’autres chiffres, et de voir qui est concerné exactement, j’aimerais rappeler cet extrait de Racine dans Les Plaideurs (1668)

Je lui disais parfois : « Monsieur Perrin Dandin, Tout franc, vous vous levez tous les jours trop matin : Qui veut voyager loin ménage sa monture ; Buvez, mangez, dormez, et faisons feu qui dure. »

Nous connaissons tous très bien ce fameux conseil : « Qui veut voyager loin ménage sa monture… »

Mais combien parmi nous l’appliquent ?

Voyons tout de suite les chiffres que je vous ai promis, et ensuite je vous donnerai des solutions, ou tout du moins des pistes à ce mal…

Les chiffres et les infos que je vais vous donner, je les ai trouvés dans un article du journal Le Républicain Lorrain du 23 janvier 2014.

Cet article avait lui-même été écrit suite à une enquête du cabinet « Technologia », un cabinet spécialisé dans l’étude et la prévention des risques psychosociaux.

L’enquête de ce cabinet portait sur le « burn-out », dont voici une définition :

Le burn-out serait un « syndrome d’épuisement professionnel caractérisé par une fatigue physique et psychique intense, générée par des sentiments d’impuissance et de désespoir »

Qui est menacé par le burn-out ?

D’après l’enquête de Technologia, 12,6% des actifs occupés (non-chômeurs) seraient au bord du burn-out en France…

Autrement dit, si vous travaillez dans une équipe de huit personnes, statistiquement l’un d’entre vous serait sur le point de craquer…

Cela représente 3,2 millions de Français.

Mais QUI EXACTEMENT est concerné par le burn-out ?

On pensera d’abord aux cadres, et on aura raison : 19% des cadres ressentiraient un état de fatigue élevée le soir après le travail, mais aussi le matin…

Malheureusement il existe d’autres catégories de travailleurs qui seraient ENCORE PLUS touchés…

Ce sont les artisans, les commerçants, et les chefs d’entreprise : 20% d’entre eux seraient concernés…

Et le triste record revient aux agriculteurs : 24% des agriculteurs seraient dans une situation de travail excessif et compulsif…

Les ouvriers et les employés ne seraient pas épargnés. Ceux-ci seraient moins sensibles aux phénomènes de travail excessif et compulsif, mais en revanche, ils seraient en proportion plus nombreux à se coucher et à se lever fatigués

Mais quelle est l’origine à tout cela ?

Trois origines au burn-out

Comme je le disais plus haut, le burn-out est provoqué par un travail excessif et compulsif.

Voici trois raisons qui nous conduisent à ce travail excessif et compulsif :

  • La première raison, c’est la crise… Effectivement, à cause de la crise nous avons (beaucoup) plus de pression au travail.
  • Par ailleurs, à cause du taux de chômage que nous connaissons en France, beaucoup d’entre nous ont peur de se retrouver au chômage et s’accrochent désespérément à leur emploi. Pour garder leur emploi, ces personnes sont prêtes à accepter beaucoup de sacrifices
  • Enfin il y a une troisième raison liée au « progrès » technologique des dernières années : « grâce » à nos ordinateurs portables, à nos téléphones mobiles, et aux messageries électroniques, nous pouvons emmener du travail à la maison…
    Du coup les limites entre notre vie privée et notre vie professionnelle sont devenues floues…
    On a le droit d’utiliser son beau Smartphone tout neuf à la maison, pour son usage personnel, mais en contrepartie on se sent obligé de répondre à son chef quand il appelle le soir au moment de coucher les enfants…

Alors, si un de vos proches est au bord du burn-out, que devez-vous faire ?

Et même question si vous êtes vous-même dans cette situation… que devez-vous faire ?

Voici des pistes :

Lutter contre le burn-out : les pistes et les solutions

Quand un proche est au bord du burn-out, votre mission c’est de l’aider à s’éloigner de son travail.

Comme on l’a vu, certaines personnes sont accros au travail. Vous devez donc les aider à ouvrir les yeux, en sonnant l’alerte. (Les médecins et spécialistes peuvent les y aider bien sûr.)

L’idéal serait une coupure totale du travail. Si ce n’est pas possible, vous pouvez les aider à changer leur planning et leur comportement. Par exemple, vous pouvez les encourager à arrêter leur travail une ou deux heures plus tôt chaque jour.

Vous pouvez aussi les encourager à s’investir dans une autre activité, comme le sport ou tout simplement leur vie de famille…

Ces solutions reviennent au final à la même chose : dire NON au travail.

Cela revient donc à prendre la décision de travailler moins, et de se tenir à cette décision, coûte que coûte.

Il s’agit donc encore une fois de s’affirmer… et c’est pour cela que je parle du burn-out ici, sur mon site.

Comme je l’ai dit, les nouvelles technologies nous incitent à ramener notre travail à la maison. L’idée, c’est donc de dire NON à notre chef ou à notre patron quand on est au bord du burn-out. Je ne suis pas en train de vous conseiller de ne JAMAIS ramener de travailler à la maison. Ceci c’est un CHOIX PERSONNEL, à vous de faire votre propre choix…

Je dis simplement que quand un travail excessif vous détruit la santé, il est temps de réagir…

Et si vous ramenez du travail à la maison malgré vous, parce que vous avez peur de dire NON à votre chef, alors posez-vous cette question :

« Cette énergie que je déploie à la maison pour satisfaire mon chef, est-ce que je ne devrais pas l’utiliser pour m’entraîner à lui dire NON ? »

Vous verrez que c’est certainement ce qu’il y a de mieux à faire sur le long terme.

Mais sans parler de ramener du travail à la maison, vous vous sentez peut-être dépassé sur votre lieu même de travail ?

Alors, si vous étouffez sous les tâches à votre travail, et si vous ne réussissez plus à vous en sortir, il est temps de réagir… là aussi… Et voici des pistes pour cela :

Peut-être acceptez-vous du travail que vous pourriez refuser…

Il y a plusieurs raisons qui nous poussent à toujours dire oui. Parmi celles-ci, il y a la peur du conflit (en disant non), la peur des conséquences (licenciement, etc.), mais aussi le désir d’être indispensable

Trouvez donc les raisons qui vous poussent à accepter toute sorte de travail, et ensuite entraînez-vous à dire NON. (Lisez cet article : Pourquoi vous dites toujours Oui : les 6 raisons)

Ne vous laissez pas non plus impressionner par la crise et le chômage. Si vous décidez VRAIMENT de trouver un emploi dans une entreprise qui vous respecte, je suis sûr que vous finirez par en trouver un !

Dire NON à sa hiérarchie, c’est ce que peut faire un salarié pour se protéger du burn-out.

Mais à qui un entrepreneur doit-il dire NON ?

Réponse : à son client.

Beaucoup d’entrepreneurs font cette erreur : ils acceptent TOUT de TOUS les clients.

Ils ont tellement peur de manquer de travail, ou peur de laisser une mauvaise image de leur entreprise qu’ils ne disent jamais NON à leurs clients… « Le client est roi » répondent-ils.

Alors si vous faites partie de ces personnes, laissez-moi vous rappeler la loi de Pareto, qu’on appelle aussi la loi des 80/20.

Je ne reviendrai pas sur l’histoire de cette loi que j’ai déjà expliquée sur ce site. Venons-en à l’essentiel tout de suite :

Cette loi des 80/20 se retrouve PARTOUT dans nos vies, et aussi dans la nature.

Si on l’applique ici, on obtient ces deux idées FONDAMENTALES :

  • 80% de nos résultats sont produits par 20% de nos actions (et par 20% de notre temps)…
  • 80% de nos bénéfices, nous les devons à 20% de nos clients…

Et inversement :

  • 80% de nos actions (et 80% de notre temps) n’apportent que 20% de nos résultats totaux…
  • 80% de nos clients n’apportent que 20% de nos bénéfices totaux…

Ce que vous pouvez donc faire, si vous souffrez d’un travail excessif, c’est IDENTIFIER LES ACTIONS DE VOTRE TRAVAIL QUI VOUS APPORTENT LE PLUS DE RÉSULTATS.

Si vous vous limitez à ces actions efficaces (20% de toutes vos actions), alors vous économiserez 80% de votre temps et vos résultats finaux ne baisseront que de 20% seulement…

Vous transformerez ainsi une semaine de 70 heures de travail en une semaine de 14 heures de travail…

Ça ne vaut pas le coup d’y réfléchir et d’essayer ?

Vous ne me croyez pas ? Alors pensez à cet exemple :

Si vous développez des sites web pour vos clients, vous savez bien que certains clients exigent toujours une remise considérable, vous font recommencer trois fois votre travail, et tardent à vous régler (vous devez alors leur courir après pour être réglé…).

Alors qu’à l’inverse certains clients (précieux) savent précisément ce qu’ils veulent, et sont prêts à payer votre travail à sa juste valeur, et dans les délais…

Ne seriez-vous pas gagnant si vous disiez finalement NON à ces clients qui vous font perdre votre temps ? Vous pourriez alors offrir un meilleur service aux autres clients, ou tout simplement passer plus de temps avec votre famille…

Je vous laisse y réfléchir…

De mon côté je vous avais promis une liste des symptômes qui permettent de détecter le burn-out.

Quels sont donc les symptômes du burn-out ?

Des symptômes du burn-out, il y a en trois grands, qui correspondent aussi aux trois grandes étapes du burn-out… 

Vous découvrirez les trois grands symptômes du burn-out dans la fiche ci-dessous…

Pour télécharger la fiche, laissez-moi TOUT DE SUITE votre adresse e-mail ci-dessous, et vous recevrez AUSSITÔT la fiche par e-mail :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>