La théorie de l’oignon et les 3 couches émotionnelles

Nous sommes tous des oignons. Concernant nos émotions tout du moins… En effet, dans nos relations avec les autres, nous avons naturellement tendance à cacher nos véritables émotions. Consciemment, ou inconsciemment. Quand c’est volontaire, nous parlons souvent de politesse ou d’hypocrisie.

Bien souvent pourtant nous ne nous en rendons même pas compte. Et c’est là qu’est le problème.

C’est un problème, parce que l’affirmation de soi passe par le fait d’exprimer des émotions authentiques. Or comment exprimer ses émotions quand on ne sait pas les reconnaître ? Souvent, faute de bien comprendre le mécanisme émotionnel qui se déroule en nous, nous laissons apparaître des émotions à l’opposé de celles que nous ressentons réellement.

Du coup, nous encourageons les autres au lieu de leur demander d’arrêter. Et cette méconnaissance de nos émotions entraîne un véritable manque d’affirmation de notre part.

Nous nous laissons alors marcher sur les pieds. Nous n’osons pas dire ce que nous pensons. Nous n’arrivons pas à formuler des critiques constructives. Nous laissons les autres décider pour nous.

Nos 3 couches émotionnelles

Naima, 27 ans, laisse ses parents décider de tout pour elle. Ce sont eux qui ont fait le choix de ses études. Ils s’immiscent régulièrement dans sa vie privée. Ils ont choisi à sa place le nouvel appartement de Naima, et leur avis a pesé très lourd dans le choix de son mari.

Naima adore ses parents, mais souvent elle aimerait qu’ils la laissent respirer un peu. Elle souhaiterait plus de liberté. Pourtant elle ne leur a jamais rien dit et accepte toujours leurs décisions avec le sourire.

Nous voyons bien ici que les émotions ressenties pas Naima ne sont pas en accord avec celles qu’elle témoigne à ses parents.

Naima croit qu’en acceptant les choix de ses parents sans protester, elle aura la paix. Elle se trompe. Car plus elle acceptera leurs décisions sans émettre d’objections, plus ils se mêleront de sa vie privée. Donc moins elle aura la paix.

Ce que Naima pourrait faire pour s’affirmer, c’est commencer par comprendre les différentes émotions qu’elle porte en elle.

Naima, comme nous tous, vit 3 niveaux d’émotions : l’émotion primaire, l’émotion factice et l’émotion originelle.

L’émotion primaire

L’émotion primaire, c’est l’émotion que nous ressentons en premier lieu. Il peut s’agir d’une émotion dirigée vers l’autre, ou vers nous-même. Parfois les deux.

Dans le cas de Naima, il s’agit de la colère. Elle est en colère après ses parents, parce qu’ils ne la laissent pas décider seule de sa vie. Elle est en colère après elle-même car elle n’arrive pas à dire « non » à ses parents.

L’émotion factice

L’émotion factice, c’est l’émotion visible, celle que nous laissons paraître. C’est donc celle que l’autre va voir et interpréter. Quand nous ne nous affirmons pas, cette émotion induit une erreur de jugement de la part de notre interlocuteur.

Les parents de Naima pensent que leur fille adorée est heureuse (émotion factice) des choix qu’ils font pour elle. Car Naima les remercie avec le sourire quand ils lui apportent cette « aide ».

L’émotion originelle

L’émotion originelle, c’est notre émotion authentique, celle que nous gardons cachée au fond de nous.

Au fond d’elle, Naima ressent un mélange de tristesse et de peur. Elle est triste de ne pas réussir à affirmer ses limites. Et elle a peur de dire « non » à ses parents.

Pourtant si elle prenait vraiment conscience de cette peur, elle pourrait commencer à réagir. Elle saurait alors que ce qui lui manque, c’est un peu de courage et de savoir faire. Il lui suffirait d’exprimer à ses parents ce qu’elle ressent au fond d’elle : cette tristesse que ses parents ne voient absolument pas.

En effet, si nous voulons nous affirmer, c’est notre émotion originelle que nous devons exprimer. Car c’est la plus authentique.

Exprimer notre émotion originelle permet de nous soulager, de réduire les tensions, et de mieux faire comprendre notre position.

Comment identifier nos 3 couches d’émotions ? Comment connaître notre émotion originelle ? Pour cela il existe plusieurs questions que vous pouvez vous poser. Ces questions vous aideront à y voir plus clair. Elles vous aideront à mieux comprendre l’émotion que vous montrez aux autres, celle que vous ressentez envers eux, et celle que vous ressentez vis-à-vis de vous-même.

Ces questions, je vous les expliquerai la semaine prochaine.

Commentaires

  1. barbara a écrit

    bonjour,
    je suis tombée sur votre site en recherchant de l’aide a mes problèmes et je suis super contente! c’est clair, concis, facile à comprendre. je n’ai pas encore tout lu et j’ignore si vous etes un homme ou femme … c’est simpa de lire des conseils. Mais il faut dire que le discours avec un pervers est très difficile et souvent est transformé en dispute. C’est usant. En tout cas bravo pour l’epluchement de la personnalité de manipulateur ! Mais ils sont dangereux ses manipulateurs! ils peuvent même menacer la vie. Pas facile de les plier a la logique saine des choses et evènements. Comment contrebalancer leur futu entêtement a ne pas accomplir ce qu’on leur demande?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>